top of page

Course en sentier : Conseils et technique

La conduite sur autoroute est bien différente de la conduite tout terrain. Il en est de même pour la course sur surface pavée ou en sentier.





Faire travailler un grand nombre de muscles

En sentier, le terrain est irrégulier et plus mou. C’est à la fois un avantage et un inconvénient. Votre foulée doit varier pratiquement à chaque pas. Vos chevilles et quadriceps seront beaucoup sollicités, surtout si vous choisissez de courir sur certains de nos parcours plus vallonnés. Toutefois, courir sur un terrain plus mou est beaucoup moins dur pour les articulations.


Les chaussures de course ordinaires ne sont pas idéales pour la course en sentier. Les chaussures de course sur route sont conçues pour absorber. En sentier, il faut quelque chose de plus stable, muni d’une semelle robuste (à crampons) pour éviter de glisser sur un sol humide. Pour maximiser votre expérience, vous devez ajuster votre technique.



Technique en montée

Comme un sprinter, utilisez le mouvement de balancier de vos bras pour vous propulser. Vos foulées doivent être plus courtes et plus rapides. Levez les pieds pour éviter de trébucher. Courez quand c’est possible, et optez pour une marche rapide lorsque la pente devient trop abrupte. Ne dépensez pas toute votre énergie en début de montée : adoptez un bon tempo, et surveillez votre rythme cardiaque.



Technique dans les descentes

Raccourcissez vos foulées pour mieux réagir et contourner les roches et les racines. Gardez les bras sur les côtés pour maintenir votre équilibre. Atterrissez sur l’avant-pied. Restez concentré. Ne laissez pas votre esprit vagabonder. Fixez des yeux l’endroit où vous poserez le pied.



Revoir ses attentes

Changez le temps alloué à votre course. Oubliez votre rythme et votre vitesse. Vous mettrez plus de temps à parcourir cinq kilomètres en sentier que vous ne le faites sur route. Surtout, restez concentré !

3 vues0 commentaire

Comments


bottom of page